La pub, la nouvelle marotte du Grand Lyon

Après l’initiative Vélo’V, le Grand Lyon pense à réitérer l’expérience pour d’autres services. L’idée, qui a fait ses preuves, est de faire supporter les coûts d’exploitation d’un service ou d’une mission sur un opérateur privé en échange d’avantages sur l’affichage publicitaire. L’avantage est que la collectivité ne débourse rien directement pour payer le service. Toutefois les coûts cachés peuvent être exorbitants… C’est le cas pour les Vélo’V où le manque à gagner donne le tournis.

Le Grand Lyon souhaite toutefois réutiliser ce financement innovant pour confier à un opérateur le calcul et la mesure des prévisions de trafic des véhicules motorisés sur l’agglomération lyonnaise. L’opérateur serait autorisé à s’installer sur le domaine public et à l’exploitant et en échange il fournirait à la collectivité les données relatives au trafic gratuitement.

Une autre idée serait de financer l’éclairage des édifices publics via du sponsoring. Cette pratique se rapproche du « naming » largement utilisée dans les stades. Le principe est simple, il suffit de donner à un stade (ou autre) le nom d’un groupe ou d’une société privée : par exemple le Matmut Stadium, en échange de quoi la collectivité engrange des recettes publicitaires… qui peuvent être mirobolantes. Je vous laisse imaginer ce que cela pourrait produire sur l’éclairage des bâtiments publics… Des logos lumineux et gigantesques sur l’église Saint Nizier ?

Enfin, le Grand Lyon pense à financer l’installation de bornes d’alimentation pour les véhicules électriques en utilisant cette méthode de financement. Un opérateur comme Siemens pourrait être intéressés par ce type de projet « vitrine » pour son entreprise.

Des idées foisonnantes, certes, mais qui visent à construire une ville « sandwich » (pardonnez moi l’expression) ou la publicité s’expose partout. On peut penser au court métrage Logorama réalisé par François Allaux et Ludovic Houplain, qui a reçu l’Oscar du meilleur court métrage d’animation en 2010.

Qu’en pensez vous ?

Une réponse à “La pub, la nouvelle marotte du Grand Lyon

  1. Pingback: La toponymie à l’épreuve du naming | Echos urbains*·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s