Le Vaporetto adopté par les Lyonnais ! De quoi donner des idées ?

La navette fluviale créée par Unibail Rodamco, exploitant du centre commercial, qui relie le centre ville à la Confluence a définitivement été adoptée par les lyonnais, avec 25 000 passagers enregistrés en un mois, soit 4 % du public du centre commercial ! Le prix attractif de 1,50 € le trajet et le petit air rétro ont achevé de convaincre les lyonnais de recourir à ce moyen de transport innovant.

Pour autant Stéphane Psomiadis, directeur du nouveau centre commercial, se refuse de rajouter une deuxième navette : « Notre vocation n’est pas d’être transporteur », explique-t-il. En précisant néanmoins : « Nous espérons que ce succès donnera des idées au Sytral, l’autorité organisatrice des transports à Lyon… ». Christiant Desbois, capitaine du bateau, surenchérit : « Cette navette, qui assure la liaison toute l’année, sauf en période de crue, peut devenir un vrai moyen de transports, car le pôle de loisirs va se transformer en entonnoir ».

ImageAlors le fluvial, nouveau mode de transport collectif pour Lyon ? La question n’est pas nouvelle. L’histoire débute en 1863, date à laquelle les compagnies des Mouches prennent leur essor dans la ville. L’aventure se termine en 1901, avec l’acquisition de la compagnie par les Nouveaux tramways lyonnais.

Mais l’idée reste et la possibilité de l’intégration du fluvial au réseau de transport en communs lyonnais est depuis longtemps en discussion au Grand Lyon. En 2008, Alain Giordano avait cosigné avec Jean Yves Sécheresse un rapport soulignant l’intérêt d’une navette fluviale entre Couzon-au-Mont-d’Or et Pierre-Bénite, pour faciliter les transports dans le Val de Saône.

Avec la réhabilitation de l’hôtel Dieu a récemment germé l’idée de la mise en place d’une ligne entre Bellecour et la Cité Internationale, pour permettre aux congressistes qui logeront dans le nouveau palace de se rendre plus facilement à la Cité pendant les périodes de salons.

Ce sont pour l’instant des initiatives marginales et à forte dimension récréative mais qui témoignent de la montée en puissance de cette nouvelle forme de transport, surtout dans une ville comme Lyon cernée par deux fleuves. Bernard Rivalta, président du Sytral n’est toutefois pas encore tout à fait convaincu : « par rapport aux besoins c’est un mode de transport marginal en terme de quantité de voyageurs transportés ».

La création d’un véritable réseau n’est pas encore dans les tuyaux mais il fait son bout de chemin dans la tête des décideurs, en témoigne le projet pour l’Hôtel Dieu. Toutefois le chantier doit être lancé et il passera par l’investissement dans de véritables équipements facilitant l’embarquement, une fréquence soutenue et un service inclus dans le réseau de transports en commun.

Crédit photo : Lyon69.net

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s